Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A découvrir...

Un super podcast pour les marketeurs qui veulent de surcroît améliorer leur anglais, dont je suis absolument FAN  :

 

Business English Study

 

On y trouve tout: du cas Manchester United "How to negotiate the best deal" au cas Lego "How to survive in Business" en passant par Ray Ban "How to sell cool" Ikea, Johnny Walker, Coca Cola, Apple, Rolex, Porsche...

 

S'abonner d'urgence, et surtout télécharger & écouter tous les épisodes! Un bon moyen de passer le temps au bureau dans le métro...

RSS

FEED

17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 17:53

Georges et moi, c'est une longue histoire. J'avoue, aujourd'hui, je suis l'une des rares à n'avoir encore pas cédé à ses avances. Pourtant, on peut dire qu'il y met le paquet : unique, glamour, simple et de bonne facture, j'aurais déjà dû fondre. D'autant plus que je suis dans la cible.


De quoi parle-t-on? De Nespresso, pardi. What else?

Je bois environ 5 cafés par jour, j'aime le bon café, j'aime l'odeur du café le matin, je suis une éponge à concepts marketing et je dois dire, hum, enfin, que comme de nombreuses femmes la fausse modestie de Georges ne me laisse pas insensible (ne soyons pas hypocrite, on en ferait bien notre café gourmand).


Bref, je me demande sérieusement : mais comment ai-je pu passer à côté?

Pour le rappel des faits, Nespresso a révolutionné le monde merveilleux du café autrefois squatté par une grand'mère un peu décrépite et un gringo qui tapait sur des bambous avec une petite cuillère. Nespresso a fait du café un moment glamour, voire une expérience du luxe à notre niveau, en faisant de chacun de nous des VIP. Et comme dirait ma soeur, le problème avec Nespresso, c'est que quand on y a gouté, on ne veut plus rien d'autre. Alors voilà, peut être est-ce mon esprit légèrement rebelle qui se refuse à devenir l'esclave d'un nouveau besoin créé par des marketeurs (je suis bien placée pour le savoir). Une situation monopolistique légale verrouillée à mort par de multiples brevets dont je refuserais la dépendance?

Coté marketing, tout y est pourtant !
- le produit : des Grands Crus.
- le merchandising : des boutiques ultra chicos, toujours bien placées entre un Hermès et un Vuitton.
- le système du Lock In : une capsule unique que personne n'a le droit de copier, associée à des machines exclusivement faites pour ces capsules.
- une toile de partenariats haut-de-gamme qui relaient la plateforme de marque.
- et enfin, un club VIP, le coeur du système, qui permet de commander des accessoires & consommables nuit et jour, 7j sur 7. A des prix scandaleusement luxe.

Bref, c'est une expérience unique. Preuve par l'exemple : moi qui n'y connais rien et m'obstine à me faire mon café avec ma bonne vieille cafetière (oui, mais elle est programmable), je passe chez Nespresso rue du bac à Paris pour acheter des capsules pour ma soeur (toujours la même). Là on me demande lesquelles je veux je dis "les jaunes et les bleues" - déjà je me dis je vais passer pour une arriérée - puis je donne le nom de ma soeur et là surprise, ma caissière s'exclame : "Ah mais madame G, nous avons votre kit de détartrage pour votre Krups machinchose qui vous attend ! La dernière fois que vous êtes venue il n'était pas prêt, je vous le glisse dans le sac". Fin de l'histoire. Le CRM, coeur de la fidélisation client - personnaliser pour mieux cibler et toucher, le nerf de la guerre - ça, Nespresso l'a bien compris et s'efforce de mettre le consommateur au coeur de l'expérience avec un panel de services personnalisés décliné à l'infini, quelle que soit sa situation, le moment, le lieu dans lequel il se trouve, etc. Et ça paye, puisque depuis le lancement en 1998, la marque a généré une croissance annuelle moyenne d'environ 25%! Une innovation stratégique, comme on dit, née du cerveau d'un ancien salarié Nestlé dans les années 70. Elitiste, statutaire, la marque au N est tout simplement en train de devenir culte, au même titre qu'un Apple.

Et puis, et c'est le coup de massue, voilà Georges. Georges et ses positions démocrates & écolos. Georges et son chalet en bord des grands lacs italiens. Georges et son cheveu grisonnant. Georges et son inénarrable sens de l'auto-dérision (si, si, souvenez-vous : le filet résille sur la tête dans le film des frères Cohen). Georges et son incarnation du mâle italien. L'ambassadeur parfait, qui ne cannibalise même pas la marque. Et surtout, l'ambassadeur choisi par les consommateurs, et oui ! Une campagne de communication qui achève de boucler le sans faute de Nespresso. 

Pourtant, tout ça cache un point faible enorme : que se passera-t-il lorsque les brevets tomberont dans le domaine public? Comment prépare-t-on les relais de croissance de demain? Qu'y-aura-t-il après Nespresso?
Vont-ils simplement changer la forme des capsules et du coup celle des machines? La date butoir se situerait autour de 2011-2012.

Enfin, ce qui me parait fou, c'est qu'à l'heure des prises de conscience (voire parfois prises de tête) écolo-éthiques, notamment dans le monde du café, Nespresso sort complètement du champ. Cela pourra-t-il durer? Je ne crois pas que le prix exorbitant du café Nespresso serve un seul instant à l'inscrire dans ce champ-là justement. Et j'ai envie de dire, que - c'est terrible je sais - mais je crois que tout le monde s'en moque.

Nespresso, what's next?


Quelques chiffres / informations en vrac
Prix d'une capsule : environ 0,30 euros / unité
Prix d'une machine : en moyenne 250 euros
Cible : 35 ans et plus - CSP+ - épicuriens
CA estimé à plus de 700M d'euros en 2007
2,3Mds de capsules vendues en 2006!
En 2003 : plus de 1,3M de commandes passées en ligne sur le site de la marque
1/3 des commandes vendues en boutiques et 2/3 en VAD (moitié traditionnel, moitié e-commerce)
soit : un volume estimé cette année là à (à la grosse louche) 4M de commandes.
Env. 2M de visiteurs uniques par an sur le site.
Env. 2,3M de membres du Club Nespresso (= qui possèdent une machine)
Un canal exclusif de distribution de capsule mais environ 2300 points de vente pour les machines
Budget internet : entre 0,5 et 1M€ par an
Fournisseur officiel de Roland Garros depuis 2005 pour une durée de cinq ans

Partager cet article

Published by Miss Culture Marketing - dans Marchés
commenter cet article

commentaires

marine 17/03/2009 15:43

A lala, ce georges!!Sinon un bon produit mais pas à la portée de toutes les bourses...

caroline 20/11/2008 14:59

Merci pour ce papier, j'adore.
Je ne m'inquièterai pas trop pour Nespresso au sujet de la future perte d'exclusivité d'exploitation du brevet : les marques d'imprimantes comme HP continuent à avoir une part de marché phénoménale sur les cartouches jet d'encre liées aux imprimantes de la marque. Certes, une capsule c'est moins technique qu'une cartouche donc plus facile probablement à reproduire, mais ils s'en sortiront...
Une question au paasage : que pensez vous du magazine Nespresso? Quelqu'un a t-il une idée du taux des "membres du club" qui le lisent? Je suppose qu'ils ont étudié le phénomène vu la qualité du support mais bizarrement je doute qu'il soit tellement lu dans la pratique, j'aimerai bien savoir ce qu'il en est.

Gwen 18/11/2008 16:57

Bon, moi, j'avoue que ton article m'a bien fait rire, d'autant plus que je suis "la fameuse soeur qui consomme à fond du Nespresso"!! Et c'est vrai aussi que le gout du café Nespresso reste jusque là inégalé (le café de la machine Sélecta est devenu carrément insupportable). Que dire des brevets qui vont tomber dans le domaine public dans pas trop longtemps? Que, surement comme la plupart des détenteurs d'une machine, je testerai la concurrence. En revanche, Nespresso possède une bonne longueur d'avance au niveau de la gestion de la relation client (qui joue un grand rôle là-dedans) et a encore bien le temps de bichonner ses clients d’ici là. Enfin, le café est devenu pour moi un instant plaisir (entre le petit café fort du matin pour se réveiller et le petit déca du soir après le diner) et j’avoue que je me vois assez mal aller acheter mes capsules chez Leader Price !! Ca casserait un peu le mythe. Pour finir, Nespresso pourra toujours se démarquer de la concurrence grâce à des lancements réguliers d’éditions limitées de cafés. Et ils sont assez forts pour ça…

Julien 18/11/2008 15:50

Bel article, bravo ! Il m'a d'ailleurs bien fait rire car j'ai moi même, dans un instant de rebellion, abandonné ma machine il y a quelques années... Marre d'être obligé d'acheter leurs capsules (pas tant pour le prix que pour le principe), marre de devoir faire un seul café à la fois (les machines pour deux sont trop chères), marre d'être à court de café un dimanche et de ne pas pouvoir acheter de capsules, marre de faire la queue rue du Bac,... Alors, tiens bon ! Résiste...

Gabriel 18/11/2008 15:48

Effectivement, ça frôle la perfection, d'autant plus que George semble séduire autant les femmes que les mecs. La N est devenue un véritable accessoire de séduction. Et oui, la démocratisation du concept va probablement porter un coup fatal à la marque, seuls quelques irréductibles diront fièrement "oui mais moi, j'ai la vraie N"