Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A découvrir...

Un super podcast pour les marketeurs qui veulent de surcroît améliorer leur anglais, dont je suis absolument FAN  :

 

Business English Study

 

On y trouve tout: du cas Manchester United "How to negotiate the best deal" au cas Lego "How to survive in Business" en passant par Ray Ban "How to sell cool" Ikea, Johnny Walker, Coca Cola, Apple, Rolex, Porsche...

 

S'abonner d'urgence, et surtout télécharger & écouter tous les épisodes! Un bon moyen de passer le temps au bureau dans le métro...

RSS

FEED

28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 18:39

J’ai trouvé mon accessoire de l’hiver 2010!

 

 LOU MISTRAOU DP UK-11 

Un nouveau bonnet tout doux, tout chaud, and so trendy ! Lou Mistraou, un nom du sud, qui rappelle la Provence, sent bon le champ de lavande et évoque bien sur le Mistral. Il va me protéger du vent et du froid (et dieu sait qu’ici on en a besoin) sans pour autant me faire les cheveux tout électriques. Et ca tombe bien, il est desormais vendu aux Etats Unis en plus de la France, la Suisse ou encore la Belgique.

Alexandra Duhem, la fondatrice de Lou Mistraou, a décidé de créer cet objet inattendu et attachant un jour de grand Mistral, avec, comme elle le dit elle-même,  un brin de folie comme unique bagage de départ !

Le résultat est superbe, travaillé dans les moindres détails : les matières déja (pure soie, cuir d’agneau, flanelle et ouate de laine), le sac de protection (oui oui comme pour les Louboutins !), le petit leaflet qui l’accompagne, le site internet, les visuels. Tout est léché.

  LOU MISTRAOU DP UK-7 

 

Côté production, c’est également un sans-faute :  c’est à la Chapellerie Dandurand & Fils, l’une des plus anciennes (maison fondée en 1837, c’est pas rien) et exigeantes institutions en la matière, que sont façonnés, un par un à la main, les bonnets.

Côté plan de lancement : un plan offline qui s’appuie sur des boutiques choisies personnellement par Alexandra ; une page Facebook qui se lance en ce moment (il faut devenir fan pour avoir les offres & les news), ainsi qu’un Twitter qui relaie les principales infos comme des dépêches AFP. Enfin, un blog qui devrait proposer quelques surprises intéressantes dans les mois qui viennent. Des bloggeurs ont d’ores et déja découvert la gamme en avant-première, essayé les bonnets, et même recu un code promo spécialement CUSTOMISE pour eux et leurs lecteurs – et voici d’ailleurs le mien que je partage avec vous comme je suis très très sympa et généreuse. Attention, l’offre est valable jusqu’au 20 Octobre seulement.

LOU MISTRAOU - OFFRE EXCLUSIVE - CULTUREMARKETING 

 

Bref, Lou Mistraou est une belle histoire & un objet incroyable - pour moi, mais ca n’est que mon avis,  de ces objets qui ont le potentiel pour devenir des objets cultes, comme, pour ne pas les nommer, en vrac : la botte Ugg, le trench Burberry, la Converse...

 

Site internet qui fait boutique en ligne : www.loumistraou.com

Blog : http://thewindhunter.wordpress.com

Pour devenir fan sur Facebook : www.facebook.com/loumistraou

Twitter : www.twitter.com/loumistraou

Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 15:35

Complètement à l'opposé de la pub précédente, en voici une qui me fait bien rigoler, avec une vraie idée en plus. Une preuve s'il en faut, le New York Times leur a accordé un article il y a quelques semaines.

 

Pour le contexte, le fameux bonbon chocolat, qui a déjà plus de 60 ans, continue d'évoluer avec les goûts de ses consommateurs et propose désormais un M&M's Pretzel sucré-salé. C'est apparemment leur plus gros lancement depuis une bonne dizaine d'années. Le plan comprend ainsi sponsoring, sampling, TV, print mais également social media. Une page Facebook a en effet été créée au moment du lancement, proposant un échantillonnage du nouveau M&M's....Cette page a aujourd'hui plus de 965 000 fans. De quoi faire rêver. L'objectif avec ce nouveau produit est d'investir les moments de consommation de snacks salés (apéros, etc) - un marché estimé à plus de 17 milliards de dollars et en croissance d'environ 15% entre 2007 et 2009. Un potentiel de croissance important pour la marque donc.

 

Enfin, pour l'avoir goûté, rien à redire. Oui c'est gras, oui c'est sucré, mais bon ça on le sait très bien, même quand on est en denial total et qu'on vient de bouloter 4 ou 5 paquets entiers. Le goût salé reste très subtil, mais change le goût du M&Ms. C'est indéniablement un moment de consommation différent. Après, on aime ou on n'aime pas. Moi j'ai trouvé ça très bon. Addictif quoi. Compter 1h bonne heure de gym par paquet...

 

Bref, voici leur pub, signée BBDO New York.

 

Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 16:03

NOTE SUR 10 : 9

 

Hier soir 21h, copine F. passe chez moi avec ses nouveaux BFF's (Best Friend Forever, pour ceux qui ne regarderaient pas Gossip Girl) : 3 pots de glace Haagen-Dazs. Objectif : dégustation expérimentale à but purement scientifique. Tout à fait.

 

Ceux qui me connaissent savent que, pour le coup, le sucré  et moi on n'est pas BFF's, mais suite aux nombreux commentaires/témoignages élogieux - que dis-je, passionnés - postés sur sa page Facebook après sa découverte culinaire, je suis intriguée. Ni une ni deux, voilà la bloggeuse endormie qui reprend le dessus et "pour l'expérience marketing, dis-je, je veux bien les goûter" (je fais une pause car je vous avoue que c'est un peu dur de se concentrer avec 10 personnes qui insultent la télé - enfin l'arbitre, on se comprend - dans mon dos à 10h30 du matin).

 

La voilà donc qui arrive avec ses trois amis, que je vous présente ici:

- Five, parfum Mint

- Five, parfum Passion Fruit

- Five, parfum Citron

 

IMG00586-20100610-2214

 

Avant de vous faire part de mes commentaires hautement scientifiques rapport à la dégustation expérimentale, petite  analyse rapide du produit.

 

 

Marque Ombrelle: Haagen-Dazs (un jour il faudra qu'ils fassent quelque chose pour ce nom que personne ne sait écrire à part peut-être les hollandais).

 

Nom de Gamme: Five

Le nom, Five, désigne tout simplement les 5 seuls ingrédients présents dans cette glace: lait, crème, sucre, oeufs + évidemment l'ingrédient star qui fait la référence. Finis les méchants additifs, les horribles conservateurs, les vilains colorants (enfin tout ce qu'on doit pouvoir trouver dans les glaces Haagen-Dazs et les autres en cherchant bien). Juste du vrai ingrédient, celui qui vient de la nature et pas de l'éprouvette. Si la promesse produit est ambitieuse et plutôt alléchante, je reste un peu sur ma faim quant au nom lui-même. Il était certes tard et mon cerveau de bloggeuse est certes légèrement ramolli ces jours-ci mais je dois avouer qu'il m'a fallu regarder le pack de près pour comprendre pourquoi Five (visualiser un "Ooooooooh" suivi d'un "Mais c'est bien sûr"). Bref, pour le consommateur moyen qui passe moins de 20 secondes dans le rayon pour trouver son nouveau BFF, pas gagné que la promesse produit arrive jusqu'au cerveau et redescende jusqu'au bras à temps. Il y a du boulot niveau éducation du conso (certainement plus de l'ordre du 'below the line investment').

 

Références: à ma  connaissance, Mint, Passion Fruit, Lemon, Caramel, Strawberry, Ginger, Coffee, Vanilla bean, Milk Chocolate.

 

Packaging: pot cartonné Haagen-Dazs classique

 

Prix: environ $5.00 hors promo - à vérifier

 

Insight Consommateur: je crois qu'on pourrait dire quelque chose comme "je trouve qu'on a perdu le goût des vraies glaces avec de vrais ingrédients et qu'il est impossible de retrouver cette qualité en supermarché aujourd'hui" (je n'en suis pas  satisfaite à 100%, si vous avez mieux, n'hésitez pas).

 

Positionnement (je vous le fais en anglais pour ne pas dénaturer la promesse): "All-natural ice cream crafted with only five ingredients for incredibly pure, balanced flavor... and surprisingly less fat".

 

Reason-why: les produits de la gamme Five ne contiennent que les éléments essentiels à la confection d'une vraie glace - lait, crème, oeufs, sucre - et sont au final 30% "less fat".

 

Reason to believe: "contains 11g of fat  compared to 16g of fat in our regular Haagen-Dazs super premium ice-cream".

 

Là je m'arrête une seconde car je dois avouer qu'il m'a fallu un moment avant d'arriver à ça car je ne savais pas trop où placer leur claim 'light' dans cette histoire. Après réflexion (pas trop intense je vous rassure) je pense qu'on a plutôt ici un témoignage de la déformation de l'industrie agro-alimentaire américaine, à savoir toujours réussir à dire que c'est light y compris quand ça n'a rien à voir avec la promesse produit. Mais du coup c'est extrêmement confusing pour mon cerveau de marketeuse: qu'essaie-t-on de me dire? que manger des bons ingrédients c'est bon pour la  ligne? (faut pas déconner, on parle quand même de sucre et de crème) Que c'est un produit light? Bon, je suis un peu confuse. A 220 calories la portion (à raison de 3 portions par pot) ça fait un peu mal pour un claim 'light'.

 

Analyse produit

C'est là qu'arrive la partie la plus intéressante. Parce que bon, comme on dit, ce produit est tout simplement une TUERIE gustativement parlant. Au diable les calories, au  diable le cholesterol: la  texture est soft, extrêmement crémeuse; le citron a tout simplement le goût de la tarte au citron meringuée de mon enfance, légèrement croquante grâce aux zestes d'écorce dans la glace; le fruit de la passion est légèrement acide et pas trop sucré, comme le vrai fruit; enfin, la menthe est déroutante, tant elle proche du goût de la menthe fraîche.

 

Conclusions

Intrinsèquement, ce produit a tout ce qu'il faut pour devenir un produit culte, de ceux qui ont des centaines de milliers de fans spontanés sur Facebook, à ceci près que leur positionnement manque un peu de clarté. On a l'impression d'avoir presque un bon vieux Ben&Jerry - le Vermont et les vaches en moins. Je sais pas; j'ai l'impression qu'il manque un petit quelque chose pour ça devienne évident.

 

Une idée? Merci d'avance pour votre contribution à cette analyse marketing HAUTEMENT scientifique.

Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 19:04
Voici une pub - réelle, une vraie pub qui passe à la télé ici, je vous jure - qui me laisse sans voix.

Le niveau est désespérant, les arguments de vente sont imparables, à tel point que c'est devenu un véritable carton : des dizaines de parodies sur YouTube (dont la version pour chiens), des centaines de commentaires a chaque fois, une apparition du fameux Snuggie dans l'émission ultra célèbre d'Ellen Degeneres, ou de  Jay Leno, une musique  qui vous colle comme un vieux chewing gum pendant des heures (je vous aurai prévenus) et pourtant, c'est l'un des plus gros succès 2009 en matière de lancement et de buzz marketing aux US.

En effet, en quelques mois de buzz et grâce à cette pub qui a déclenché les moqueries et les parodies en tous genres, les inventeurs de cette couverture en ont écoulé plus de 4 millions! Surfant sur les conséquences de la crise, leur message (le seul) est on-ne-peut-plus-simple : "Why increase your heating bill when you can put on a blanket with sleeves?" Ahah, j'adore. Et je ne parle même pas de leur Fan Page Facebook, qui compte déjà plusieurs dizaines de milliers de fans.

Alors, Snuggie : comble du kitsch ou génie du marketing? Je vous laisse juger.




Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 15:11

Récemment j'ai testé un nouveau produit au rayon thé de mon supermarché de quartier Franprix, la gamme Linéa de Lipton. Grosse buveuse de thés en tous genres, je me suis laissée emballer par son packaging élancé et plein de promesses.

Analyse marketing

Marque ombrelle : Lipton

Nom de gamme : Linéa


Références : à ma connaissance elle se décline en deux variétés, thé vert / agrumes et thé vert / ananas / hibiscus. Thé vert (85,4%), agrumes (2,4%)(citron, citron vert, orange, pamplemousse).

Packaging : doy-pack incurvé rappelant les formes du corps féminin ; codes couleur clairs et frais (blanc, vert, jaune, orange) rappelant les ingrédients principaux, accompagné d'une fermeture fraîcheur.



Prix : 2,80 euros environ, pour 20 sachets

Catégorie
 : catégorie Thés / segment Minceur

Insight consommateur
: je pense qu'on pourrait dire un truc du genre "je sais que le thé vert a des effets drainants bénéfiques qui peuvent aider à garder la ligne, mais dans les thés verts classiques la proportion est souvent faible et je ne crois pas que ce soit réellement efficace".

Positionnement
 : "Sans calorie, Lipton Linea peut vous aider à prendre soin de votre silhouette dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée et d’une hygiène de vie adaptée."

Reason why
: La recherche Lipton a crée Linea, une recette à base de thé vert naturellement deux fois plus riche en catéchines.Les catéchines sont des antioxydants naturellement présents dans le thé. En Asie, elles sont reconnues pour leur capacité à préserver l’équilibre. 2 tasses de Lipton Linea par jour, c’est la recommandation dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée et d’une hygiène de vie adaptée.

Reason to believe
: 75% des femmes interrogées satisfaites au bout de 9 jours.

Cible
: les femmes

Analyse produit

Tout ceci étant dit, une fois que l'on a étudié son packaging et sa promesse produit, on reste un peu perdu. D'abord on a bien compris que les "catéchines" étaient un plus, mais bon entre le nom pas hyper motivant et la promesse produit plutôt évasive (leur capacité à "préserver l'équilibre"...) on en sait pas beaucoup plus.

Je savais que le vrai thé vert chinois, pour en avoir déjà bu, avait un goût particulièrement amer et dans mon esprit cette amertume était synonyme de bienfait. Si l'on cherche sur internet, on apprend que le thé vert est en effet reconnu pour ses propriétés antioxydantes et surtout pour ses vertus amincissantes : il possède des qualités lipolytiques (draine la « graisse » en gros) et désinfiltrantes qui permettent de redessiner la silhouette en douceur. Les catéchines, eux, sont des polyphénols naturellement présents dans le thé vert (oui oui, c'est comme dans le bon vin rouge) qui permettent le déstockage des graisses lorsqu'elles sont présentes en forte quantité. Des études menées sur ce sujet auraient confirmé ces informations. Maintenant, de là à savoir de quoi ils parlent quand ils annoncent que 75% de femmes sont satisfaites dans les 9 jours...Bien-être? Equilibre? Kilos en moins? Cellulite en moins? Je ne sais pas moi, je me demande un peu de quoi elles sont satisfaites. D'avoir réussi à boire 6L de thé vert dans la semaine peut-être?

En ce qui concerne le sachet maintenant, je reste dubitative sur le fil collé tout autour qui fait que une fois sur deux je l'arrache et ça m'énerve parce qu'après il faut aller récupérer le sachet au fond.

La couleur du thé quant à elle est assez neutre, légèrement jaune/orangé...

Enfin, le goût est bien, on retrouve cette légère amertume mais qui est largement masquée par l'odeur des agrumes.

Conclusions

Pour moi, cela reste un très beau concept marketing, bien exécuté mais malgré ma constante et importante consommation de thé, je ne vois pas trop ce que ça m'apporte (notamment vs. un thé vert standard). C'est un produit qui appelle le consommateur en rayon (je pense que le packaging est assez réussi, efficace en rayon) mais pour lequel l'intérêt retombe vite quand on lit et qu'on analyse un peu la promesse produit... Much ado about nothing je trouve au final...

Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 21:19

Si je vous dis Orange et Bic vous pensez à quoi?

...

Euh, non... Je ne parlais pas de l'horrible rasoir jetable en plastique orange qui rouille à votre grand désespoir mesdames depuis 8 mois sur le bord du lavabo (car 'jetable' ne veut malheureusement pas dire qu'il a des petites pattes et qu'il se jette tout seul dans la poubelle - bien qu'elle soit à environ 20cm à vol d'oiseau. C'est fou, je sais mais la technologie a ses limites).

Aujourd'hui, cette vision d'apocalyse monopolise encore tout votre cerveau, mais rassurez-vous d'ici quelques mois, vous penserez à un tout autre objet. Le BicPhone.

Ouh la mais qu'est-ce donc? Un téléphone en forme de rasoir (la honte)? Un rasoir avec une antenne (mais pourquoi donc)? Que nenni : c'est le premier téléphone mobile perdable lancé cet été en co-branding par Orange et Bic. Vous remarquerez qu'on ne dit pas "le premier téléphone jetable". Car on ne jette pas un téléphone. Vous le savez tout aussi bien que moi. Cherchez dans la boite à chaussures. Si, si. Celle tout en bas de l'étagère, dans laquelle vous conservez religieusement votre premier Nokia 3210 depuis environ 12 ans. Ah, vous voyez bien.

Ce nouveau jouet aura pour vocation de venir combler certaines niches, véritables foyers de croissance et exprimant de réels besoins (les fameux insight consos) auxquels l'offre actuelle n'aurait pas encore pu/voulu répondre. Face à cette affirmation quelque peu abrupte, la preuve par l'exemple, mais plus tard. Je vous explique d'abord le concept.

Surfant sur les tendances du tout libre service, ce BicPhone est prêt à l'emploi : pour la modique somme de 49,00€ TTC vous acheterez un petit-téléphone-coloré-qu'on-dirait-un-babyphone, avec numéro pré-défini, carte SIM, batterie chargée, un kit mains-libres et 60 minutes de communication. Relais, tabacs, papeteries, GD : il sera vendu partout. Achetez, consommez (et rechargez si besoin avec une carte). A ce prix-là, vous ne lui en voudrez pas, il ne fait ni réveil, ni grille-pain, ni lecteur mp3, ni appareil photo. Il fait juste téléphone d'appoint, de dépannage, d'urgence, de vacances. Il permettra à l'opérateur d'élargir sa cible aux personnes âgées un peu perdues avec la complexité des opérateurs, des offres, des contrats, des forfaits et des téléphones trop compliqués. Mais également aux parents qui veulent un objet simple et pratique pour leur enfant. Ou encore aux expatriés de passage. Ou bien aux personnes louant ou vendant un appartement et ne souhaitant pas recevoir quarante messages par jour pendant deux ans. Cible multi-niche, comme je le disais. Des occasions inimaginées se créeront certainement même sur le tas.

Bref, c'est un retour aux sources : un téléphone pour téléphoner, tout simplement. Et en cette période de récession, de contraction du pouvoir d'achat, mais également de lancement overmédiatique de l'iPhone, cette nouvelle offre tombe à pic : trading up, trading down, hein? Le BicPhone vient briser la surenchère de technologie.

Espérons que ce lancement soit un succès (l'offre actuelle étant déjà saturée, et le consommateur inondé) et qu'il fasse oublie l'échec de la mythique tentative de diversification de Bic dans le parfum, il y a quelques années...

Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 18:05

Récemment j'ai vu une pub TV pour ça :




Un énième dentifrice blancheur, me dis-je!
Que nenni, celui-là, voilà qu'il me promet rien de moins que la lune : des dents plus blanches dès le premier brossage! Une promesse produit aussi forte, il fallait que je la teste. Ni une ni deux, je pars au Monop du coin, et je le glisse dans mon sac à main (après l'avoir payé) bien décidée à l'essayer après manger. Une tarte aux myrtilles et un café bien tassé plus tard, c'est le moment fatidique.

Déjà, il a une belle boite transparente, un pack tout simple mais néanmoins efficace puisque malgré un référencement en bas de linéaire, je l'ai repéré tout de suite avec sa couleur bleue.

Ensuite, le produit lui-même : un gel transparent, avec au centre un gel tout bleu. Je passe l'éternelle question de comment ils font pour que le dentifrice sorte toujours bien comme il faut du tube et que ça ne se mélange pas dedans. Et là surprise au brossage : ça devient tout bleu! Un peu perturbant au début de se laver les dents avec un truc qui a l'air pire que ladite tarte aux myrtilles. Goût frais, pas désagréable.

A ce stade de l'expérience, je dois vous avouer que je l'avais acheté avec de grosses suspicions quant à la promesse produit. Je dois même dire que je pensais bien me lâcher sur un si gros mensonge marketing. Et bien, croyez-moi ou pas, mais j'ai l'impression que ça marche.

Venons-en à l'analyse plus marketing de la chose.

Nom du produit : Signal White Now

Prix
: 2,99 euros

Catégorie
 : dentifrices blancheur

Insight consommateur
: je pense qu'on pourrait dire un truc du genre "j'ai pas le portefeuille d'une star hollywodienne mais j'aimerais bien enfin trouver un moyen d'avoir les dents blanches - pour de vrai, tout de suite et sans me ruiner je veux dire. "

Positionnement
 : le premier dentifrice qui rend des dents plus blanches, dès le premier brossage.

Claim
: un sourire instantanément plus blanc et plus brillant.

Reason why
: un ingrédient inédit fruit de la R&D Signal qui s'est inspirée de la science des couleurs, le Blue Foam ; un pigment bleu, qui, déposé en film sur l'émail annule temporairement le jaune, et d'un effet d'optique peut donc le blanchir.

Reason to believe
: une étude clinique réalisée sur 78 personnes.

Cible
: les femmes

Plan de lancement
: campagne TV + internet via le site www.allumezvotresourire.com

Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 21:05

J'a eu vent d'une nouvelle application du we 2.0, tellement géniale que j'ai décidé de vous en parler un peu sur ce blog. Dans le genre innovation venant d'un insight partagé par le plus grand nombre, je dis bravo.

Jugez plutôt.


Que les personnes qui se reconnaissent dans l'une des descriptions suivantes se manifestent absolument - à part les radins et ceux qui n'ont pas d'amis j'entends :

- Celui qui jamais ô grand jamais n'a ramé des mois pour récupérer de l'argent à droite et à gauche à la suite d'un cadeau d'anniversaire soit-disant commun.

- Celui qui n'a jamais galéré à la fin d'un week entre potes pour savoir qui doit quoi à qui et comment on paye (le rôle toujours ingrat de celui qui doit se farcir les tableaux excel, les rib, les monnaies de singe, les chèques qui n'arrivent jamais...)

- Celui qui n'a jamais eu besoin de harceler ses amis pour récupérer une paf comme on dit après une soirée.

C'est bien ce que je pensais : personne ne se manifeste.

C'est bien la preuve que nous sommes tous des amis fidèles mais que parfois, c'est vrai, on aimerait bien arrêter d'avancer de l'argent - surtout qu'on les connaît les mauvais payeurs, toujours une bonne excuse...Florilège : 

- tu vas rire mais j'ai pas de chéquier (les relous qui croient que l'on a toujours un terminal de carte bleue sur soi)

- tu vas rire mais j'ai pas de monnaie (les relous qui bien souvent n'en ont toujours pas deux semaines plus tard, à croire qu'ils vivent d'amour et d'eau fraîche)

- tu vas rire mais je n'ai pas d'accès internet pour les virements (excuse acceptée éventuellement à partir de 70 ans)

- Tu as de la monnaie sur 500 ? (les relous qui croient qu'on est un bureau de change)

C'est drôle mais en fait souvent ça ne nous faisait pas rire. On rongeait son frein en se disant que la prochaine fois on oublierait nous aussi le chéquier. Bref, bonjour l'ambiance : les cadeaux groupés ou les potes, il fallait choisir. Et au final, les grands perdants, c'était finalement chacun le jour de son anniversaire   - chacun qui, au lieu de se retrouver avec un cadeau à 100 euros, se retrouvait avec vingt cadeaux à 5 euros. Ca nous fait une belle collection de pin's parlants tout ça.

Mais n'allez pas dire que je crois qu'un bon cadeau est un cadeau cher, hein. Je dis simplement qu'il nous manquait à tous un outil pour fluidifier et apaiser nos relations avec les autres. Et cet outil, et bien il vient d'être créé et ça s'appelle la Common Box (pot commun quoi), où tout est gratuit - sauf le paiment Paypal mais bon, ça c'est toujours le cas.

www.commonbox.net

Désormais, on crée son compte, qui correspond à un événement, on définit les paramètres (dates, rib...), les personnes à inviter, et hop c'est simple comme bonjour : on peut récupérer l'argent sur son compte, le dépenser sur un site marchand, faire un don si on est vraiment très généreux, le garder sans rien dire si on est vraiment un escroc, bref, on fait ce qu'on veut. Covoiturage, pots de départ, anniversaires, tout est possible.

Si vous voulez vraiment me remercier pour ce bon plan et me faire un cadeau, dites le moi et je crée ma Box! Mais vraiment c'est parce que vous insistez...

Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 23:13

Révolution packaging dans les cosmétiques solaires!

Partant du principe que lorsqu'on est à l'extérieur il faut se passer de la crème régulièrement et qu'on a pas toujours son tube de crème glissé dans le slip de bain, Piz Buin a créé le Sun Band, un bracelet qui contient 50ml de crème solaire.


Plus qu'une simple extension de gamme, cette innovation pack est une mine d'or, non ?

Regardez un peu :
A quand la l'édition limitée réalisée par un designer?
A quand la collection hiver?
A quand les formes originales pour l'effet tatoo sur le poignet?
A quand la version ados?
A quand la version customisable pour écrire son nom dessus?

En conclusion : un bien bel objet nomade décliné dans des couleurs estivales (or, bronze, or et argent); une autoroute de possibilités pour les saisons prochaines...Le méga carton des familles sur les plages cet été ?

Preuve que les marques y trouvent de l'intérêt? Roc vient de lancer le sien également, dans la gamme Minesol, dans une version plus sport, vendu à environ 13,50 euros par unité.

Prix observé pour le SunBand : 6,00 euros environ le bracelet

Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 21:22

Demain 2 Mai, oui je sais, c'est THE debat.

 

Mais c'est aussi le jour qu'a choisi Kellogg's pour lancer officiellement sa nouvelle marque, Tresor, avec une saga de 4 films 3D réalisés par l'agence Leo Burnett. Cette campagne, résolument axée produit, a pour signature "Tresor de Kellogg's, c'est fou ce qu'il y a là dedans!" et pour objectif de mettre en avant la particularité du produit, un carré de chocolat entouré d'une coque de céréales. Particularité, certes, mais nouveauté, c'est à voir, car les ados d'aujourd'hui n'étaient pas encore nés que je mangeais déjà des trucs comme ça au petit déj. Et à l'époque il me semble bien que ce n'était même pas de la marque nationale. Je suis cependant toute disposée à croire que c'est incomparable, et je dirais même plus : je ne demande qu'à goûter!

 

 

Cible : les ados, les djeuns, bref tous ceux qui sont capables de manger 300g de céréales au petit déjeuner les yeux fermés et sans dire un mot.

 

Juste une remarque : il me semble que Tresor n'était jusqu'alors qu'une référence parmi d'autres sous la marque ombrelle Smacks. Il y a fort à supposer que si Tresor s'est émancipé de sa marque ombrelle, c'est qu'elle risque d'accueillir rapidement dans son giron bien d'autres choses encore.

 

Chez Kellogg's, en bons marketeurs, ils ont développé un mini-site : www.mytresorspace.com, sur lequel on peut retrouver des jeux, les films. Un peu pauvre si on le compare à ce qu'est capable de développer le groupe pour ses marques, mais c'est bon, c'est un début...

 

Je lance un appel aux gens de chez Kellogg's et plus particulièrement copine C. qui se reconnaîtra : je voudrais bien goûter Tresor dis...Moi je dis ça...

 

Published by Miss Culture Marketing - dans Innovation
commenter cet article